• Bienvenue à

    Boissy le Cutté
  • Bienvenue à

    Boissy le Cutté
  • Notre Histoire

    Place de la Victoire
  • La Mare Aux Roches
  • Notre Patrimoine

    Ecole / Ancienne Mairie
  • Nos Services Communaux

    Ecole Anne Frank
  • Nos Services Communaux

    Maternelle Niki de St Phalle
  • Nos Services Communaux

    Maternelle Niki de St Phalle
  • Nos Services Communaux

    La Mairie
  • Nos Services Communaux

    Et la Poste !
  • Nos Services Communaux

    Bibliothèque et Pompiers
  • Nos Commerces

  • Nos Commerces

  • Nos Equipements Sportifs

    Le Stade
  • Nos Equipements Sportifs

    Le City Parc
  • Notre Eglise

   Le site de Boissy le Cutté a été habité dès l’époque préhistorique. Des trouvailles de pierres taillées et polies en témoignent. Le nom de Boissy le Cutté est cité dans l’inventaire de l’église Saint-Michel datant du XVIIIème siècle. L’agriculture faisait vivre une partie de la population. Jusqu’à la fin du XIXème siècle l’activité économique de la viticulture a tenu une place importante. Beaucoup de familles vivaient du bois de chauffage, étaient tonneliers, cercliers. La commune comptait aussi des charrons, des forgerons, des bourreliers, des tisserands et des maçons.

   Avant 1787, Boissy était un hameau de Cerny. Puis sous la restauration, une tentative de rattachement à Villeneuve-sur-Auvers a échoué. L’origine modeste du village et sa longue dépendance de Cerny et de sa chatelainerie, expliquent l’absence de tout bâtiment classé. Les chatelains habitaient Cerny.

   A une époque plus rapprochée, l’exploitation du grés fut le support d’une importante période d’activité : avant 1880-1890 : la période « française », et après 1880-90, la période « franco-italienne». Cette activité est à l’origine de l’entreprise S.T.R.F.(Société de Travaux et de Routes Franciliennes), anciennement Parachini, fondée par une famille de carriers italiens. L’entreprise Parachini et le maraîchage sont à l’origine de l’immigration portugaise qui débute dans les années 1950-1960.

   L’évolution économique actuelle explique la présence d’une population d’origines très diverses :

  • La souche paysanne : la plus ancienne et de plus en plus minoritaire.
  • La souche italienne : arrivée au début du XXème siècle, et assimilée.
  • La souche portugaise : arrivée beaucoup plus récemment.
  • La souche citadine : dont la présence s’explique par l’élargissement de la banlieue pavillonnaire.

Blasonnement

   Coupé en première partie d’azur à deux faces ondées d’argent, en deuxième partie, de gueules à la grappe de raisin tigée et feuillée d’or, accompagnée en chef de deux grains d’orge (outils de carrier) d’argent, en pointe dextre d’un épi de blé d’or posé en bande et en pointe senestre d’une branche de chêne englandée d’or, leurs tiges passées en sautoir.

 

 

Description symbolique

   La partie haute du blason reprend les armes des comtes de Selve, qui furent seigneurs, entre autre, de Boissy le Cutté.
Ces armes figurent en partie basse sur le blason de Cerny et sont reprises ici pour rappeler que Boissy le Cutté fut, jusqu’en 1789, un hameau dépendant de la commune de Cerny. Rappelons également que Jean de Selve reçut de François 1er, en 1515, le château de Villiers et que celui-ci resta la propriété de la famille jusqu’en 1925.
   La partie basse du blason évoque, quant à elle, le côté économique de la commune. La grappe de raisin rappelle que la vigne fut cultivée jusqu’à la fin du 19ème siècle et a fourni un vin très réputé dans la région d’Etampes.
Les grains d’orge, nom donné à des outils de carriers, sont là pour évoquer le travail de la pierre qui représente un secteur important dans l’économie de la commune. L’agriculture, autre secteur important, est évoquée par l’épi de blé, tandis que la branche de chêne symbolise le massif boisé qui fut pendant longtemps à l’origine d’un commerce de bois de chauffage.

Illustration d'hier et d'aujourd'hui

Batteuse

 

Batteuse

 L’agriculture faisait vivre une partie de la population. Jusqu’à la fin du XIXè siècle, la viticulture a également tenu une place importante dans l’activité économique du pays.
D’autres familles vivaient du commerce du bois de chauffage, étaient tonneliers, cercliers.
Les archives permettent aussi de noter la présence d’artisans liés aux activités rurales : charrons, forgerons, bourreliers, tisserands, maçons.
Les archives communales les plus anciennes sont les registres de l’état civil qui s’ouvrent en 1657.
   Le registre des délibérations du Conseil Municipal s’ouvre en janvier 1789.
Antérieurement à cette date, Boissy-le-Cutté était un hameau de Cerny comme le sont encore Orgemont et Montmirault.
La séparation des deux paroisses a donné lieu à une querelle de partage. Le contentieux semble avoir traîné sur plusieurs décennies pour être définitivement réglé en janvier 1789, juste avant les événements révolutionnaires.
Sous la restauration, une tentative de rattachement à Villeneuve-sur-Auvers a échoué, le Conseil Municipal ayant vivement protesté.

Église Saint-Michel

 

Église Saint-Michel

L’église Saint-Michel dans son état actuel est assez récente. Elle a été remontée en 1866 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle devenue trop petite.
 
 
 
 
 
 

Carrières

 

Carrières

 A une époque plus rapprochée, l’exploitation du grés a été le support d’une importante activité. Elle peut se diviser en deux grandes périodes :

  • Antérieurement aux années 1880-90 : la période française
  • A partir des années 1880-90 : la période franco-italienne

Cette activité est à l’origine de l’implantation de l’entreprise Parachini fondée par une famille de carriers italiens.

Ancienne vue du centre

 

Ancienne vue du centre

La culture de la vigne est à l’origine de la fondation d’un commerce de vins en gros, par la famille Druet.
Après la dernière guerre, la mécanisation et la restructuration de l’agriculture entraînent la disparition de nombreuses petites fermes.
C’est à cette époque que Monsieur Marlot crée son entreprise de culture maraîchère et fruitière, en la dotant de moyens de captation d’eau, introduisant ainsi un nouveau mode de culture.
A l’époque des transports hippomobiles, la commune était trop éloignée de Paris pour faire partie de la ceinture maraîchère qui entourait la capitale. Le manque d’eau rendait aussi impossible ce type de culture.

 

mare

 

Mare

La vallée étant sèche on n’hésitait pas à monter à la mare pour laver son linge.
L’ancienne entreprise Parachini (elle s’appelle maintenant S.T.R.F.) et le maraîchage sont à l’origine de l’immigration portugaise qui commence entre les années 1950 et 1960.
La mutation de l’agriculture a entraîné la disparition de certains artisans : charrons, forgerons, bourreliers.
Monsieur Dousset, charron forgeron, transforme alors son entreprise et s’oriente vers la construction de remorques agricoles et de hangars. Par la suite, l’entreprise se spécialise dans la construction métallique.
Cette évolution économique explique la présence d’une population d’origines très diverses.

 

Évolution de la population (source INSEE)

             

années 1921 1936 1946 1954 1961 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2009 2010 2012 2016 2019
nombre d'habitants 342 378 350 372 423 617 783 812 1040 1201 1308 1357 1325 1354 1326 1331